Maladies génétiques

LA SMA


La SMA, ou atrophie musculaire spinale, consiste en une dégénérescence et une disparition progressives des motoneurones du bas de la moelle épinière. Concrètement, les muscles de l’arrière-train s’affaiblissent jusqu’à se paralyser, et le chat a de plus en plus de mal à se déplacer : il ne pourra plus qu’utiliser ses pattes avant et devra ramper.


La SMA est une maladie qui atteint également les êtres humains. Chez le Maine Coon, les premiers symptômes apparaissent vers l’âge de 4 mois : démarche maladroit, oscillation de l’arrière-train, fatigue plus rapide… Puis, vers l’âge de 6 mois, le chat aura de plus en plus de mal à sauter, voire ne pourra plus du tout. Notons que le développement de la pathologie varie selon les individus.


La SMA est une neuropathie héréditaire, transmise sur un mode récessif. C’est-à-dire qu’il faut que le chaton ait hérité d’une copie du gène muté de chacun de ses deux parents pour exprimer la maladie. Un chat hétérozygote, qui n’a donc qu’une copine du gène muté que d’un seul de ses parents, sera porteur sain, et ne déclarera pas la maladie. En revanche, il peut transmettre le gène à sa descendance. Les mâles comme les femelles peuvent être atteints.


Au printemps 2005, la mutation responsable de la SMA a été identifiée par le Dr. Fyfe, à l'université du Michigan. Un test ADN est disponible depuis l'été 2005. Il permet de connaître le statut de ses chats : indemne (homozygote pour la version normale du gène), porteur sain (hétérozygote), atteint (homozygote pour la version mutée du gène).

Depuis 2006, les laboratoires français Antagène et Genindex proposent de faire le test.


Pour plus d’informations :


Test pour l'amyotrophie spinale (laboratoire Antagène)

Explication complète de la SMA sur le site de la chatterie Ailuropus